je peux pleurer sens la chaleur m'envahit douce pleine me saisir comme des bras je sais courir de toutes mes forces jeter dans les bras de quelqu'un je sais jouer aller plus loin que le temps je sais rêver en plein jour je peux m'envoler en une seconde que personne ne m'attrape

tu m'as tant tout appris permis couvert aimé
je ne supporte plus non plus qu'on m'oblige me
demande commande je m'évade abandonne laisse
non je ne vous suis plus réponds plus
je guette
le vent sur le haut près de toi je sens comme
m'apaiser dormir ma tête veux clos bascule
ton épaule ta tête ta voix
presque silence
ils là-bas voilà
nous pouvons laisser tous les noms la plupart des mots de côté
tu as raison
honnêtes purs
comme enfants
et est-ce un autre
temps
apprends
moi
encore
de si loin
abandons
terreurs
adoption
sauve
tiens fort
accepte
tiens presque
toujours
ils là-bas oui qui ils aujourd'hui tu sais je ne vois
est la brusquerie la violence que tu m'as sans savoir
sans savoir
aidé aimé saisir éviter couvert
ma pure
force
vive
infinie
reprends je désormais tu as tant accepté tout presque
l'inconnu nous immerge
tu ne parles plus
tu sais tout traversé
aimé entier
rire comme chuchote
je continue apprendre dans tes
nouveaux immenses définitifs
silences

 

 

Fugaces, 2023
pastel sur contreplaqué de bouleau


 

EMMANUEL ARAGON


PIECES

TRANSCRIPTIONS

BIO

TEXTES

CONTACTS