Parle tellement tout autour aux bords de tes quelques mots

Comme enfant dévisage avide profond ris joue crie toujours

Tes frôlements si profonds me transpercent m'égarent

Inquiets jamais étendus clos mes yeux

Enfance criante lumière cours feu dresse toujours chant vif ris traverse échappe

Te recouvre ton effroi profond

Toute entière mutique involontaire nue écoute attends accuelle efface veille

Dépose tes furies une à unne tes peaux frêle devenir révèle tiens

Toute peine alors emplir devenir jusque mes visages ne puisse que me bercer

Là revenir recommencer oublier d'un instant seul te saisir te tendre après

Me transperce me crève me blesse me panique

Tout front profond intouchable innommé encore encore incessant affronte

Peau soudain frêle regard s'incline ta voix sans noms dévoilée

Le mur en toi soudain défait

Au plus près approche encore presque contre ne confonds ne blesse n'éprends

Imperceptible courage tout tremble

Ta peau silences invisibles ces quelques instants d'ébranlements vertige irréversible au ventre

Un seul instant farouche affleure disparais

Ta hâte aucun visage possible

Recouvre moi longuement avec la patience infinie de l'animal

Chaque frisson frémissement ton visage tes membres immobiles sur place forêt

Écorche caresse à rouge

Invisible visceral te chercher tout contre toi

Fascinante inavouable intouchable sauvage nudité

Veille au plus près souffle à souffle mon sommeil rêve ne me touche

Te dirai jamais clairement exactement impossible

Imperceptible lentement lentement contre approche appose tremble

D'infimes ressemblances mais approche jour par jour deviens moi

Sûr même après tous tes visages perdus éloignés donnés à d'autres sûr de te continuer de nous toucher pousser encor

À fleur ta colère franche infinie inapprochable éperdue

Translucide ta peau ma peau devenant instincts troubles aguets sommeil

Ne prononçons presque rien retenus juste le plus intime incertains

Dénude dépose défais appuie étends oublie appose tes hargnes tes épuisements sur moi

Tiens moi pour un bloc plein d'une seule matière

Tes mélopées tes murmures toutes tes confidences tes caresses tes bercements debout chacun de tes regards

Ta pureté ta bienveillance ta douceur ta chaleur vaillances sous toute ta figure

Tu as recouvert tu as décidé tu es devenu ma peau toute mon histoire

Tout contre ne parle plus qu'en infimes

Chaque accent chaque mot de ta voix sur mon visage marque indélébile

Tes instincts vitaux la surface de ta peau formant ton visage

Tes souvenances tes instants tous tenus désormais affleurements

Recouvre mon visage efface ma mémoire

 

 

 

 

 

 

 

À fleur de peaux, 2021

 

Lien vers À fleur de peaux
Encre et pierre noire sur papier





 

EMMANUEL ARAGON


PIECES

TRANSCRIPTIONS

BIO

TEXTES

CONTACTS